Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 20:04
En réaction à un commentaire sur mon blog, j'ai décidé de continuer de clarifier certaines choses en publiant un article du MONDE qui met en lumière certains aspects de l'Islam.

L'auteur de cet arcticle est
Henri Tincq, journaliste français qui se décrit lui même comme catholique démocrate. Il est le spécialiste des religions du journal Le MONDE depuis 1985 après avoir travaillé au journal LA CROIX. Il est également le lauréat de 2002 du prix John Templeton en journalisme de 2002. Auteur du Larousse des religions, il s'est également intéressé à l'histoire des papes. Il a décrit l'affaire des caricatures de Mahomet survenue au second semestre de l'année 2005 comme un «choc des ignorances».

LE MONDE  le 15.12.01  
 
L'émergence de l'islam au VIIe siècle avait représenté un progrès pour les femmes, mais le droit a durci les dispositions du Coran et les textes de la tradition. La polygamie, le voile, la répudiation sont typiques de ces déviations historiques  
 
 J'EN vois quelques-unes tout occupées à teindre leurs cheveux pour les rendre blonds. Elles rougissent de leur patrie et regrettent de n'être pas nées en Germanie ou dans les Gaules" : ce n'est pas un précurseur de l'islamisme, mais Tertullien, l'un des grands théologiens chrétiens d'Afrique (155-220), qui se moquait ainsi du beau sexe et le contraignait au port du voile. "Dix siècles après, l'islamiste le plus tatillon n'y changerait pas une virgule", écrit Slimane Zeghidour dans Le Voile et la Bannière (Hachette, 1994). Autrement dit, l'antiféminisme n'a pas attendu, pour s'exprimer, les Ibn Taymiya et autres juristes "machistes" de l'islam, ni les puritains du wahhabisme saoudien. Il est de tout temps, dans les récits bibliques, dans le Talmud, chez l'apôtre Paul, chez saint Augustin et Luther, chez les meilleurs auteurs chrétiens.  
 
Au VIIe siècle de l'ère chrétienne, à une époque où l'Eglise doute encore que les femmes aient une âme, le surgissement de l'islam marque une révolution dans la condition féminine. Mahomet naît au cœur d'une société patriarcale où les filles ne sont que des bouches à nourrir qu'on élimine, en cas de trop-plein, en les enterrant vives. Elle ne sort de sa situation d'esclave et ne devient sujet "libre" que lorsqu'elle est mère. Mais l'extrême vigilance accordée à la virginité des filles et à la fidélité des épouses - garantie de la pureté du sang et de l'honneur du clan - n'est pas une spécificité préislamique. Elle est typique d'une anthropologie méditerranéenne qui marqua les trois monothéismes.  
 
La révélation de l'islam offre à la femme, pour la première fois, la possibilité de rompre la chaîne de l'esclavage, d'être considérée - devant Dieu - comme l'égale de l'homme. Le prophète Mahomet (570-632) interdit le meurtre des petites filles, ordonne au mari de subvenir aux besoins de sa femme, crée pour la fille une part d'héritage qui - même réduite à la moitié de celle de son frère, qui a la charge des biens de famille - est, à l'époque, un progrès inimaginable. Lors de ses exploits spirituels et guerriers, Mahomet a toujours une femme à ses côtés. Par amour ou alliance diplomatique pour élargir son royaume, il en consommera... huit, après la mort de sa première épouse, Khadidja, en 620. Au mont Hira, où Dieu lui dicte le Coran (602), c'est Khadidja, une femme, qui est le premier témoin de la révélation musulmane.  
 
Loin des traditions bibliques qui font porter à la femme le poids du péché originel, l'islam lui prescrit donc, dès le VIIe siècle, des égards d'une surprenante modernité : Dieu est aux femmes autant qu'aux hommes. Deux cents versets lui sont consacrés dans la quatrième sourate, précisément intitulée "Les femmes". Les croyantes, autant que les croyants, sont promises au même paradis éternel et au même châtiment que les hommes si elles sont "hypocrites" ou "idolâtres". Les préférées de Dieu sont les mères : "Le paradis est sous le pied des mères", dit un célèbre haddith du Prophète. Mais les épouses et les enfants sont tous des "biens de ce monde", d'inestimables cadeaux de Dieu. "Les femmes sont l'autre moitié de l'homme", récite un haddith. Ou encore : "Le meilleur parmi vous est le meilleur envers son épouse." Quel plus bel hommage, enfin, que le verset 21 de la sourate Ar Rum, qui énonce : "Il est parmi les signes de Dieu d'avoir créé de vous, et pour vous, des épouses, afin que vous trouviez quiétude auprès d'elles."  
 
Bref, le Coran et la tradition (sunna) sont fascinés par le sexe féminin. Mahomet n'a rien d'une figure ascétique et n'a pas prêché, comme le Christ, une religion ascétique. Si la faute et la culpabilité ne sont pas absentes de l'islam, elles ne sont pas imputées à la première femme, Eve, mais au Diable et à la capacité de l'homme à faire le mal. Tout le texte coranique peut être lu, prié, médité comme une louange au créateur, une ode à la beauté de ses créatures. Et si, aujourd'hui, on ne retient de l'histoire musulmane que l'extrême méfiance à l'égard des femmes, une marginalisation sexiste juridiquement codifiée, une persécution savamment orchestrée, on ne saurait oublier l'autre face de l'islam : l'érotisme des Mille et Une Nuits, la légitimité du plaisir et d'un désir infini, le raffinement des jeux sexuels, le goût de la bonne chère, de l'argent et des parfums.[...]  
 
Henri Tincq  

Merci,
La chroniqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Mes chroniques
commenter cet article

commentaires

thalasrum 13/01/2007 12:36

Le problème de l'Islam, à l'heure actuelle, c'est qu'il est systématiquement représenté médiatiquement par des intégristes. Les musulmans laïcs n'ont pas droit à la parole.Pour moi, les caricatures sont le signe de la liberté d'expression. Leur qualité ne m'intéresse guère, mais la liberté d'expression doit passer avant tout. On doit avoir le droit en France de se moquer de l'ensemble des religions, l'Inquisition a disparu et c'est la meilleure des choses.Libre à chacun de trouver dans les différents monothéismes des signes de paix, de tolérance... Personnellement, dès qu'une religion apparaît, dans la mesure où elle se veut expansionniste, elle crée des conflits. L'histoire du bassin méditerranéen est gorgée de conflits religieux, l'histoire de France est truffée de conflits religieux.La religion doit rester dans la sphère du privé, quand elle prétend faire de la politique, c'est à dire diriger la vie des gens, elle outrepasse son rôle. je garde ancré en moi, une petite comorienne que j'ai en classe et qui, quand j'ai commencé le cours d'éducation civique sur l'égalité entre hommes et femmes m'a dit: "l'égalité, c'est un beau rêve de français!". Lui faisant remarquer qu'elle était française, elle a répondu oui, mais musulmane aussi! ça me pose un problème lourd, quand la religion est tellement prégnante qu'elle devient source d'autocensure sociale, non? Qu'en penses tu?

La chroniqueuse 14/01/2007 18:50

Je suis entièrement d'accord avec toi, la religion doit rester dans la sphère privée, c'est d'ailleurs l'idée que je défend dans mon article précédent.  Mon propos était juste de montrer que cette religion qu'est l'Islam n'est pas forcément dangereuse, elle est le point de mire d'une diabolisation. Elle n'est pas pire que le Catholicisme ou le Judaïsme, en tout cas à mon sens. En France il y a d'autres enjeux liés à ce thème dont la mythique quête de l'intégration, et bla bla...Tu me comprends, tu sais que les choses sont complexes, il y a aussi le problème d'identité...Cette Comorienne prendra peut-être conscience que le fait d'être en France lui permettra d'avoir plus de choix quand à sa vie...Mais la pression restera surtout familiale... 

marsiho 12/01/2007 18:04

Difficile pour moi d\\\'être d\\\'accord avec toi sur ce point. Le tollé soulevé par les chrétiens et loin d\\\'être aussi bruyant que celui des musulmans... Gardons tout de même en mémoire que pour certains, démontrer que c\\\'était une injure et que cela insultait leur sens de la tolérance, cela justifiait de tuer un pretre... Beau symbole de tolérance, effectivement...Ma formulation "invité" et malheureuse, mais je ne trouvais pas mieux. Je ne vais surement pas nier que des musulmans sont nés et naissent en France, et ce bien avant les grandes vagues d\\\'immigration, je veux simplement dire qu\\\'à l\\\'échelle du temps historique, l\\\'Islam ne fait pas encore partie des moeurs européennes. Quant à la "tolérance" à l\\\'égard des femmes, niet, pas d\\\'accord, nada ! Je te rassure, j\\\'en ai autant pour la religion catholique, ainsi que pour les juifs. Averoes fut, entre autres raisons, mis en disgrace parce qu\\\'il pronait l\\\'égalité entre les hommes et les femmes. Comme je l\\\'ai déjà exprimé dans d\\\'autres commentaires, je connais assez bien l\\\'Islam pour avoir vécu avec des musulmanes. Punaise, y\\\'a encore du boulot dans les têtes des uns et des autres pour que la femme soit considérée comme une égale ! Toutes les religions ont peur des femmes pour des raisons qui renvoient à la psychanalyse. Les choses avancent, certes, mais lentement. N\\\'oublies pas q\\\'un gamin a cru normal de brûler une jeune fille parce qu\\\'elle l\\\'avait éconduit. Et pour aller plus loin, une musulmane que j\\\'ai connu était somalienne. Le pays des "Femmes cousues". elle n\\\'a pas échappé à ce que certains décrivent comme une pratique culturelle... Au XXIè siècle, des hommes qui se disent musulmans exigent toujours ces pratiques barbares au nom de la religion ! Le médecin français qui l\\\'a décousue n\\\'en revenait pas, il n\\\'avait jamais vu ça... Je comprends ta démarche, je comprends que tu veuilles faire entendre que l\\\'Islam et les musulmans ne sont pas ce qu\\\'un grand nombre de gens imaginent, faute de connaissance, mais de grâce, ne tombe pas dans l\\\'excès inverse, ne défend pas l\\\'indéfendable. Et ce n\\\'est pas quelques pratiques progressistes comme celles apportées, c\\\'est vrai, par Mahomet, qui peuvent faire oublier les lapidations modernes. Il faut savoir raison garder. Je me garderais bien d\\\'opposer occident et orient, car ce serait stupide, nous avons nous aussi des pratiques d\\\'un autre âge, mais nous avons le voile de l\\\'hypocrisie à faire passer dessus. Je ne vais pas par exemple, faire valoir le droit vote des femmes, même tardif, pour taire le fait que les femmes en france sont encore battues et sous-payés couramment... A quand un retour des philisophes dans le monde islamique ?...

La chroniqueuse 13/01/2007 00:27

Le problème c'est que je ne conçoit pas du tout l'islam comme toi, parce qu'en fait pour moi, il n'y a pas qu'un seul islam mais plusieurs... et je ne parle pas des différences entre sunnites, chiites, sufistes etc...La pratique de l'islam est différente selon les pays, l'excision que tu mentionnes n'est pas stipulée dans le Coran, elle est une tradition perdurée dans certains pays certes musulmans mais pas au Maroc, en Algérie ou en Tunisie pour ne citer qu'eux...Je ne tombe dans aucun excès et je pense sincérement ce que je dit parce que je sais de quoi je parle, les lapidations modernes ne sont pas non plus le fait de tous les pays musulmans, en tout cas je n'en ai jamais vu au Maroc, pays que je connais bien...Le Coran est un texte qui à l'origine fut destiné à être réinterprété par chaque génération, l'Islam est réformable, mais ajouter à cela le pouvoir et une volonté de domination...Le problème c'est que je connais pas un pays musulman qui soit une vraie démocratie, de plus l'éducation est un enjeu de taille pour lutter contre un certain obscurantisme...je n'idéalise pas l'islam en disant qu'il n'y a pas que des mauvaises choses la concernant, je révèle un peu les bonnes histoire de changer un peu le discours habituel...La preuve est que je ne suis pas la seule à vouloir un peu équilibrer les points de vue, M. Tincq est un spécialiste des religion et catholique de surcroit...Quand au retour des philosophes dans le monde musulman là je pense qu'il y en a surement mais qu'ils doivent être méconnus, reste aussi le problème de l'éducation mentionné plus haut...

marsiho 11/01/2007 22:55

Intéressant, mais un peu idyllique tout de même. Dans "Les femmes", il est également écrit : "Les hommes sont supérieurs aux femmes à cause des qualités par lesquelles Dieu a élevé ceux-là au-dessus de celles-ci..." Dans le même verset, il est également écrit : "Vous réprimenderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez..."L'Islam a apporté un peu d'équité vis-à-vis des femmes, Mahomet était en cela un progressiste. Mais ensuite, cela n'a pas évolué beaucoup.Toutefois, sur l'Islam lui-même, et ceux qui ont peur de sa propagation dans notre Europe, j'aimerais dire ceci :Cela ne concerne que des croyants. Au nom de quel principe, dans notre état laïque, devrions ignorer une religion ? L'Islam qui fait peur, parce que se pratiquant encore dans des caves ; n'oublions pas que ce sont nos élus qui l'y ont maintenu. Une mosquée à l'air libre mérite sa place dans notre paysage, au même titre que nos églises avec leurs horloges qui marquent le temps (là où j'habite, j'ai droit à l'Angelus trois fois par jour !). L'Islam comme la Bible est bourré de contradictions, et de fait, on trouve dans le Coran des paroles rassurantes : "Chaque peuple sera appelé devant SON livre. Ce jour là vous serez recompensés selon vos oeuvres". Mais aussi : "Dis aux croyants qu'ils pardonnent à ceux qui n'espèrent point dans les jours de Dieu institués pour récompenser les hommes selon leurs oeuvres" (et j'en suis !). Cela est écrit dans L'agenouillée, chapitre XLV.Pour moi, la seule limite reste celle de la tolérance. L'Islam n'est pas né sur nos terres. Il reste un "invité". Toutes les croyances peuvent se faire dans notre pays, à la condition qu'elles respectent nos croyances (philisophie), et le droit de caricaturer en fait partie...

La chroniqueuse 12/01/2007 17:27

Ce n'est pas idyllique Marsiho, c'est véritablement  un des nombreux points de vue concernant l'Islam...Dans tous les livres religieux il est question de la fameuse supériorité des hommes sur les femmes... Je voulais juste démontrer dans cet article que l'Islam n'est pas forcément la plus machiste des religions...Et non qu'elle ne l'était pas...Le vatican a décrété que la femme avait aussi une âme au 16 ème siècle, inutile de dire que cela sous entendait qu'on pouvait la battre jusque là, et encore après le 16 ème siècle la condition de la femme catholique n'a pas forcément évolué...Quand au fait que l'Islam est un "invité" en France, je n'approuve pas cette formulation ni cette idée d'ailleurs...Des Français de confession musulmane sont nés en France et ils ont les mêmes droits que les autres Français dont celui de la pratique libre de leur culte comme la laïcité le permet...Les caricatures, qui ont fait scandale récemment, sont pour moi une provocation, la provocation est autorisée et j'ajoute même tant mieux, mais elle appelle à une réaction, c'est logique, les musulmans de France se sont sentis offensés, mais cela n'a pas eu de conséquence facheuse...Il n'y a pas eu de censure...Lorsque la figure du Christ est utilisée dans des caricatures notamment publicitaires, certains catholiques s'insurgent et là encore c'est logique mais cependant rien n'y fait... La liberté d'expression perdure grâce à la loi entre autre et à ses défenseurs....

Erasme de Metz 11/01/2007 14:38

En effet très intéressant.Peut-être digne d'intérêt, quelques références dans un article de mon blog (désolé pour l'auto promo) sur l'islam des lumièreshttp://metz-utopie.over-blog.net/article-4428211.html

La chroniqueuse 12/01/2007 17:12

Pas de problème, je suis pour une libre circulation des bloggeurs et bloggeuses...;o)

Juju 10/01/2007 20:54

Article très intéressant :-)