Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
29 juillet 2006 6 29 /07 /juillet /2006 22:54

 Français d'origine marocaine, Mohamed Razane, 37 ans, a été éducateur spécialisé auprès des jeunes en difficulté. Aujourd'hui chômeur et écrivain vivant en Seine-Saint-Denis, il a choisit d'écrire sur la banlieue avec son premier roman Dit violent.

"2006, la banlieue entre en littérature" écrit Elsa Vigoureux dans le nouvel obs. Un phénomène qui mérite de l'attention selon moi.

Mohamed Razane fait parti de ces auteurs issus de l'immigration mais nés en France qui prennent la plume pour mettre en pièce les idées reçues.

On peut faire référence à Ahmed Djouder avec sa Désintégration mais aussi à Karim Amellal avec ses Cités à comparaître.

En tout cas si la curiosité vous pique, profitez des vacances pour découvrir cette "nouvelle vague littéraire".

"Le jeune Mehdi est champion de boxe thaïe d’Ile-de-France. Il vit, ou plutôt survit, en banlieue avec sa mère, femme de ménage dans des bureaux à la Défense. Le père est mort, assassiné par son fils qui ne supportait plus cet homme fermé, méprisant et violent. Mehdi ne fait rien de ses journées, il fume du haschich et traîne avec son ami Zacarias. “Je suis de ces enfants abîmés, blessés par la vie. On m’a volé mon enfance et mon avenir, et personne ne peut me les rendre.” Il rumine sa haine et fulmine contre une société qui exclut les plus faibles. Mais à force, il est devenu boule de violence prête à exploser, dangereux car n’ayant plus rien à perdre. Au milieu de toute cette noirceur, seule Marie, “[sa] douce, [son] absente, [son] absinthe”, professeur de sociologie, apporte un peu de tendresse. Loin des personnages figés ou caricaturaux, Mohamed Razane a su donner à son antihéros la profondeur d’un vrai caractère. Avec sa “bestiole dans la tête qui [lui] bouffe le cerveau”, Mehdi a tout du schizophrène : tantôt brute haineuse, déterminée et ultra-violente, en actes comme en paroles, tantôt animal lucide et doux qui voudrait être capable de réclamer de l’amour. Sa souffrance le rend attachant. “J’ai l’espoir qu’une autre vie puisse naître de cette colère.” Le style est cru mais soigné, le rythme efficace et la narration installe une tension qui ne cesse de croître. Mehdi s’est procuré une Kalachnikov. Héros tragique, Mehdi pourra-t-il échapper à son destin ?"

Dans ce livre "Le verbe est parfois dur car il nous plonge au cœur de souffrances que l’on n’a pas forcément envie d’entendre. Le but est d’interpeller le lecteur pour ne plus se contenter de formules creuses et démagogiques telles que « sauvageons, racaille à nettoyer au karcher », tant il est dangereux de se rassurer à entendre des discours sécuritaires qui ne feront qu’aggraver les choses. Le but est de véritablement explorer le processus qui pousse des gamins à poser des actes délictueux et violents. Faire l’économie de cette compréhension c’est accepter délibérément que cette violence se développe. Je ne suis pas un partisan pour autant des discours « victimaires », car tout délit doit être puni par loi. Mon discours est qu’on ne peut se contenter de cela, il est impératif d’explorer les facteurs qui participent de ce processus pour mieux le combattre par la prévention et ainsi éviter que demain ne soit pire qu’aujourd’hui." Mohamed Razane.

Merci,

La chroniqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Arts
commenter cet article

commentaires

stefy 03/04/2007 20:50

Je l'ai entendu recemment sur france culture, et il parlait de la création d'un collectif avec d'autres écrivains pour soutenir les créations des quartiers, et c'est sympa parce qu'il ne parlait pas que des cités mais aussi de la france profonde. Il a parlé aussi d'un livre collectif qui sort à la rentrée prochaine, je ne sais plus chez quel éditeur, avec un manifeste en quatrième de couvertureje crois que ça ne s'est jamais vu ça, des écrivains qui s'engagent comme ça avec générosité et ay profit du petit peupleenfin, attendons la rentrée pour en savoir plusmoi ça m'intéresserait d'être utile au sein de ce collectif en tant que bénévole, d'autant plus que je suis dans le secteur culturelallez bonne soirée

La chroniqueuse 04/04/2007 20:48

Merci pour toutes ces infos, bonne soirée à toi aussi!!

frédÚric 08/12/2006 21:17

Enfin un livre ravageur, j'aime bien ce terme. cértains y verront des clichés mais ca suffit des intellectuels qui ne savent que détruire sans écouter. En tous cas ce livre donne une fin sans happy end, et avec une mise en bouche sur ce que peut ressentir un mehdi, un frédèric, un demba, ou kader...
Je conseille ce livre "dit violent" de Mohamed Razane
 
frédèric

sandra 11/10/2006 13:42

Je l'ai entendu récemment sur Radio Classique sur un débat autour des propos de Sarkozy sur la justice dans le 93, et il disait qu'il était éducateur spécialisé dans la protection de l'enfance, un truc comme ça.Franchement, heureusement qu'il était dans le débat, ils nous a permis de  sortir des guerres de citadelles que se livraient les autres invités (n°2 du syndicat de police, n°2 du syndicat de justice, deux maires de communes, et le président du tribunal pour enfants de Bobigny).Sandra

anims.50 10/10/2006 15:59

Que devient Mohamed Razane en cette fin d'année 2006 ?

lulu 05/09/2006 14:39

Mohamed Razane n'est pas né en France mais au Maroc, il est arrivé vers l'age de 10 ans je crois (juste un petit rectif)
en plus je ne crois pas qu'il est au chômage mais educateur!

La chroniqueuse 06/09/2006 09:09

Il était éducateur et était au chômage jusqu'à la sortie de son livre, pour son lieu de naissance je vérifie, j'ai lu ça ds le nouvel obs...