Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 20:33

Jour-J

Le grand jour est arrivé, les Français attendent avec angoisse le résultat des élections présidentielles de 2007. Toutes les chaînes de télévision sont mobilisées et transmettent les dernières tendances données par les sondages. La France retient son souffle, ses citoyens tentent malgré eux d'effacer le douloureux souvenir du 21 avril 2002. Beaucoup d'entre eux espèrent avoir mis hors jeu le représentant de l'extrême droite une bonne fois pour toute. Celui-là avait terrassé Lionel Jospin, le candidat du parti socialiste. La suite ils la connaissent, ils l'ont vécu, M. Chirac réélu avec 82 % des voix, et la naissance de plusieurs gouvernements UMP qui se sont succédées en généralisant la politique du pire.

Soudain, les journalistes s'affolent, ils ont enfin les dernières nouvelles du dépouillement. Deux visages apparaissent progressivement sur les écrans de télévision. 

L'horreur se dessine sur des milliers de visages, le résultat final tombe, les téléspectateurs n'en croient pas leurs yeux. M. Le Pen et M. Sarkozy arrivent tous les deux au second tour. La gauche apparaît comme bel et bien morte.  

Au siège de l'UMP, les militants explosent de joie scandant le nom de leur leader. Ils attendent avec impatience un signe, un mot de la part de celui qui leur a promis une France nouvelle, celle d'après. Des rumeurs étranges circulent, il ne serait pas présent, il se serait expressemment déplacé pour rejoindre son dernier rival. Les partisans les plus fervents n'y croient pas une seule seconde, ils attendent de pieds fermes leur idole.

Au siège du Front National, J.M Le Pen lève les bras au ciel et se met à chanter la Marseillaise avec une vive énergie qui surprend la foule. Elle reprend cependant en coeur, brandissant avec orgueil le fameux drapeau tricolor. Elle aussi attend un discours mais là encore contre toute attente, leur chef agit étrangement. Il tourne brusquement les talons et quitte la scène. Marine, sa fille, prend le relai pour apaiser les partisans indignés.

Des journalistes décident de se mettre à la poursuite de ces deux vainqueurs qui jouent la carte du mystère le jour où tout le pays a les yeux rivés sur eux. Les gens finissent par apprendre que les deux hommes politiques ont pris la décision de se réunir pour faire le point sur la situation. On apprend aussi que cette rencontre se fait sur la demande de l'ancien ministre de l'intérieur.

Les Français sont interloqués, pourquoi un futur gagnant des élections présidentielles prendrait la peine de faire le point sur quoi que ce soit avec son opposant?

Le candidat Sarkozy a pourtant bien une idée en tête, le nombre des voix de Jean Marie Le Pen n'a jamais été aussi important, la France d'après devra donc compter avec lui. Il avait déjà fait des petits gestes vers le mouvement extrême, autant aller jusqu'au bout.

Les deux hommes parviennent à se réunir dans un restaurant de Paris en toute discrétion. Ils discutent à propos de l'avenir de la France. L'un se félicite d'avoir réussi à faire règner  la peur dans le coeur du Français moyen. La peur de perdre son emploi à cause de l'étranger, la peur que l'enfant de l'étranger ne raquette son enfant, la peur de voir sa fille épouser un étranger, etc.

L'autre est très fier d'avoir réussi à développer une armée policière munie des dernières innovations du moment en matière d'armes et surtout d'une loyauté à toute épreuve à son égard.

Les deux hommes voient clair à présent : Autant s'unir...

A suivre...

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Mes chroniques
commenter cet article

commentaires

dom 28/05/2006 13:10

Bonjour !Quel scénario... malheureusement très plausible. Mais alors, quoi faire ? voter pour le candidat de gauche, quel qu'il soit ? même si c'est une ROYAL sans autre programme que son propre succès médiatique ? Même si c'est un JOSPIN que nous avons déjà vu à l'oeuvre ? La solution la moins pire est certes toujours la meilleure, mais n'existe t'il pas de troisième voie ? J'ai déjà, peut être à tord, choisi de voter pour Pocrain s'il réunit les 500 signataires, participant ainsi moi-même à cette "fiction" que tu décris. Parceque je ne peux définitivement pas bafouer ce droit de vote que j'ai toujours honoré, même à 6000 kms de la France, en votant pour un candidat dont je ne partage pas les idées, ou pour lequel je n'ai pas confiance. Je ne peux pas voter "utile".Et si le pire arrive ? c'est sans doute stupide, voire égoïste, mais tant pis, espérons juste que la classe politique finira par prendre conscience de sa perte de crédibilité, et surtout que la France, une fois au fond du trou, finira par se réveiller.Sincèrement, je ne suis pas certaine qu'un Jospin ou une Royal, mal élu(e), soit moins pire qu'un Sarko démago tout aussi mal élu.J'ai eu à subir deux présidents mal élus, une fois en Côte d'Ivoire (Gbagbo), et la seconde en France, ils oublient si vite comment ils sont arrivés sur leur siège.Cela dit, le débat est ouvert !Très très cordialement

La chroniqueuse 28/05/2006 17:41

Je pense que Sarkozy est beaucoup plus dangereux que Royal, je sais bien qu'elle n'a pas de programme, mais lui annonce des changements qui seront très néfastes et à long terme en plus, dans le domaine de l'éducation, de l'impunité policière, du communautarisme et j'en passe. Il divise les Français, il ne se contente pas de la démagogie hélas...
 

Mouloud 27/05/2006 07:45

Mais ton scénario, malheureusement vraisemblable, peut s'imaginer en pire : un Sarkozy qui rassemble de la droite extrême jusqu'à la droite catholique opposé à une Ségolène à court d'idées & de slogans, mangée par le nabot fascisant lors du duel télévisé...

La chroniqueuse 27/05/2006 09:09

Il ne tient qu'à nous de lui barrer la route!