Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
12 février 2006 7 12 /02 /février /2006 10:17

Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe dénonce la France pour la manière dont elle traite ses prisonniers. L'image de la France humaniste fait désormais  belle et bien partie du passé.

Surpopulation carcérale, surcharge des tribunaux, sentiment d'impunité dans la police, voilà ce qu'on reproche au système français. M. Sarkozy aurait du soucis à se faire. C'est son boulot. On ne l'a jamais entendu dire qu'il agirait pour réduire la surpopulation carcérale. Ce serait même plutôt tout le contraire.

De même qu'il a toujours nier le sentiment d'impunité grandissant de la police et lui donne même de plus en plus de pouvoir et de présence. Aujourd'hui cela est dénoncé comme inquiétant, peut-être est-il temps d'agir?

En ce qui concerne la justice elle s'essouffle à cause d'une trop grande et trop rapide  production de textes de loi. Conséquence : "dans une dimension telle que les professionnels du droit n'arrivent plus à suivre".

Le commissaire  Alvaro Gil-Robles va même plus loin, en réclamant notamment la fermeture immédiate du centre de rétention des étrangers du palais de justice de Paris.

Il le désigne comme  "catastrophique et indigne de la France".

"la subsistance des détenus (lui paraît) à la limite de la dignité humaine" dans les prisons de la Santé, à Paris et des Baumettes, à Marseille.

M. Gil-Robles reconnait que la France est consciente de ce problème mais déplore le fait qu'elle s'en contente finalement car il y a toujours un  "décalage entre le discours et la pratique".

Il reproche directement à M. Sarkozy les conséquences de ses discours :

Au sujet des reconduites à la frontière, il trouve  "choquante" la volonté affichée fièrement par le ministre de l'Intérieurd'en doubler le nombre.

"Le fait d'énoncer des quotas est une pratique choquante" qui favorise "nombre d'abus".

Cela va-t-il ébranler la confiance que le ministre de l'intérieur semble avoir dans sa politique ultra-sécuritaire?

Les droits de l'Homme sont-ils une indispensable priorité à ses yeux? On est en droit aujourd'hui de se poser la question...

N'est-il pas dommage que la France qui jadis s'enorgueillait de ses lumières et de ses valeurs défendant la dignité humaine se retrouve sur la liste des mauvais élèves d'Europe?

Merci,

La chroniqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Mes chroniques
commenter cet article

commentaires

DJ Jung 13/02/2006 18:50

Il y a une vraie parenté intellectuelle... Je viens de publier un post identique sur mon blog. Ce rapport épingle bien des choses que toi et moi ne cessons de répéter. Impossible de mettre en doute les dires du sieur européen, il constate ce que nous constatons depuis trop longtemps.

La chroniqueuse 13/02/2006 22:52

les grands esprits se rencontrent ...
C'est dommage la France  s'affuble d'une telle réputation...
Dire que M. De Villepin disait vouloir lutter contre l'immobilisme...
 

Tibo 12/02/2006 23:51

Même s'il n'est pas le seul responsable de cette situation intolérable, c'est sans doute l'un des pires faits d'armes de Sarkozy, d'avoir banalisé les peines de prison. Et du coup favorisé cette surpopulation carcérale.

La chroniqueuse 13/02/2006 00:29

Biensûr il n'est pas le seul responsable cependant cela ne me surprendrait pas d'apprendre qu'il y ait eu une augmentation de la population carcérale depuis qu'il est ministre de l'intérieur. Le problème au fond qui se pose c'est : faut-il construire plus de prisons pour éviter la promiscuité qui atteint la dignité humaine?
Ou revoir le nombre de condamnations en essayant d'autres alternatives?
Qu'est ce qui couterait le plus d'argent à la collectivité?
On peut se souvenir de l'image du ministre de l'intérieur qui réprimande un chef de police pour avoir organisé des matchs de rugby avec des jeunes de quartier. Celui-ci a d'ailleurs été mis au "placard" depuis, il n'a plus accès au terrain pour faire son métier.
L'autre problème dont les médias télévisuels prennent soin de ne pas parler, c'est ce sentiment d'impunité croissant au sein des membres de la police. Je ne serais pas surprise d'apprendre non plus si on me disait qu'il ait pris plus d'ampleur depuis 2002.