Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 13:56

Les rapatriés d'Algérie ou les "pieds noirs" ont entamé il y a quelques temps une action contre l'Etat algérien devant le Comité des droits de l'Homme de l'ONU à Genève. Voilà qui était assez inattendu.

Ils réclament plus de 12 milliards d'euros à Alger pour avoir été "spoliés" par l'Etat algérien, c'est donc leur manière de réclamer justice.

"A ce jour, 597 recours contentieux individuels contre l'Algérie ont été déposés à Genève devant le Comité des Droits de l'Homme des Nations Unies"

Environ 300 dossiers supplémentaires sont en cours de constitution ce qui a été indiqué par les responsables de l'association Usdifra (l'Union de défense des intérêts des Français repliés d'Algérie et d'Outre-mer).

"On est dans le devoir de justice. L'état spoliateur est l'Etat algérien" affirme leur avocat.

On est en droit de se poser des questions, quelle est le but d'une telle initiative?

La polémique sur le rôle positif de la colonisation aurait-elle fait des petits?

Selon l'Usdifra, encore une fois, l'Algérie doit exactement 12,1 milliards d'euros aux rapatriés. Cela paraît fou, non?

Ce calcul s'appuie sur les indemnisations déjà versées aux rapatriés par la France dans les années 1960. Il s'agissait d'une "avance au titre de la solidarité nationale" calculée à hauteur de 25% de la valeur des biens en 1962, année de l'indépendance de l'Algérie.

Mais pourquoi se réveiller seulement aujourd'hui en 2006?

Selon cette association, cette réparation "assurerait le travail de repentance et de réconciliation de la France avec l'Algérie".

Le prix de cette réconciliation n'est-il pas un peu élevé?

L'état algérien a-t il seulement les moyens de payer cette somme?

Je ne peux m'empécher de poser la question : qui a spolié qui en premier?

C'est donc une affaire à suivre, attendons de voir ce que le Comité des droits de l'Homme des nations unies décidera...

Merci,

La chroniqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Mes chroniques
commenter cet article

commentaires

dj Jung 10/02/2006 13:09

Cela ressemble à de la provocation. Sans doute les effets de la politique de "rupture" annoncée...

La chroniqueuse 11/02/2006 10:23

Peut-être...