Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 09:54

Il aura pris son temps mais Azouz Begag s'est enfin prononcé sur la fameuse loi du 23 février 2005. L'un des seuls représentants des français d'origine des anciennes colonies a montré qu'il pouvait avoir un avis sur la question.

On ne l'a pas entendu il y a deux semaines, c'est à croire qu'il a attendu d'avoir la permission pour dire ce qu'il pensait haut et fort.

Petit florilège de son intervention d'aujourd'hui sur RTL:

"A titre personnel, je me réjouirais de voir abrogé cet article 4 de la loi du 23 février 2005"

Il explique pourquoi:

"Il est clair que pour moi, cette loi provoque des contorsions ventrales puisque je n'arrive pas à assumer cette lecture de l'histoire, en particulier des relations entre la France et l'Algérie"

"Même si je ne nie pas qu'il y a eu Albert Camus, même si je nie pas qu'il y a eu des routes, des hôpitaux, Sétif, dans l'histoire, c'est pour moi le 8 mai 1945"

Rappel de l'histoire du massacre du 8 mai 1945, entre 20 000 et 40 000 morts (selon différentes sources).

Pourquoi faut-il que ces mots soient dits si tard, lls sont pourtant criants de vérité et il aurait pu parler avant le jour ou cette loi a été votée, lorsqu'il était encore temps.

Azouz Begag apparaît de plus en plus comme une marionnette du gouvernement présent, et c'est dommage.

 "l'apaisement ne devrait se faire que si les mots qui font mal puissent disparaître de cette loi".

On peut espérer voir cet article disparaître bientôt, même M. Sarkozy a senti le vent tourner et s'est permis de dire lui aussi, comme M. De Villepin et M. Chirac avant lui, que ce n'était pas au parlement de réécrire l'histoire.

Merci

La chroniqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Mes chroniques
commenter cet article

commentaires

DJ CCJung 12/12/2005 18:17

C'est vrai qu'il semble être le contre-poids que l'on ajoute ou ôte dans la balance. Ses interventions sont toujours à contre-temps et jamais dans l'instant. il attend que le vent souffle pour le sentir et agir en conséquence. Dommage !

La chroniqueuse 12/12/2005 19:00

Je pense surtout qu'il attend toujours un signe du premier ministre avant de se manifester, en tout cas cela reste en effet dommage, il était concerné et en plus vu sa position il avait le pouvoir de tirer la sonnette d'alarme. Oui dommage qu'une telle personnalité soit devenue un sbire de la droite, il aurait été plus utile ailleurs...