Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue

La Chroniqueuse est ravie de vous accueillir sur ce blog, n'hésitez pas vous aussi à participer en laissant vos commentaires!!!

Je n'ai plus le temps d'écrire mais, je dépose des articles, en donnant leurs sources bien sûr, pour garder le fil d'une actualité riche malheureusement...

 

Musiques d'accompagnement :



Citation:

Le message de Gandhi, de Mandela, de Martin Luther King (...) C'est un message d'espoir dans la capacité des sociétés modernes à dépasser les conflits par une compréhension mutuelle et une patience vigilante

Stéphane Hessel



 
15 juillet 2007 7 15 /07 /juillet /2007 09:34
Encensée par le président de la république lui-même, érigée comme modèle de réussite par les médias, Rachida Dati sait faire parler d'elle, de sa vie et de son mentor. Seulement voilà, les louanges raisonnent encore au loin alors que les premiers soupçons sur ses qualités de Garde des sceaux, commencent à émerger des profondeurs.
DOBKINE.Michel.jpgTout commence avec Michel Dobkine, fin Mai, il est nommé directeur de cabinet de la ministre de la Justice mais décide de démissionner le 6 juillet soit à peine un mois plus tard. Le cabinet du Garde des sceaux avait évoqué des raisons personnelles pour expliquer cette démission, tout comme l'intéressé. Cependant, plusieurs médias parlaient de divergences entre la ministre et son bras droit.
Un dirigeant de l'UMP interrogé en marge du conseil national du parti avait évoqué la personnalité de Michel Dobkine, jugée autoritaire.
M. Dobkine lui, s'était défendu en annoncant  son mariage, en effet, selon lui, ce serait la vraie raison de sa démission:
"Il y a un problème de disponibilité. J'ai pensé que je pouvais mener de front une vie personnelle à laquelle je suis très attaché et une vie publique qui nécessite d'être là à 100.000%".
M. Dobkine avait bien compris qu'il ne fallait pas froisser l'image du nouveau ministre de la justice :
"Rachida Dati veut aller très vite, très fort. C'est quelqu'un avec qui j'ai travaillé quelques semaines, ça s'est très très bien passé, il n'y a pas eu de souci" . Pas sûr qu'il soit très très convaincant...
Selon le Républicain Lorrain, les rapports entre Michel Dobkine et la Garde des sceaux s'étaient dégradés pendant les dernières semaines. "J'en ai assez de me faire insulter toute la journée", aurait dit Michel Dobkine à ses collaborateurs en annonçant son départ. Ce dernier a biensûr fermement démenti avoir tenu de tels propos.

Quelques jours plus tard à peine, voilà que trois autres magistrats demandent aussi à quitter le cabinet de Rachida Dati où ils occupaient notamment les postes de conseillers pour les questions pénales et pour les mineurs.
Ces départs interviennent alors même que le projet de loi instaurant des peines minimales pour les récidivistes et réformant l'excuse de minorité est en débat au Parlement et que le ministère vient de lancer la réforme très controversée de la carte judiciaire.
La stratégie pourtant ne change pas, Mme Dati reste sur ses positions et minimise les évènements.
rachi2.jpg"J'ai eu un directeur de cabinet, je m'en suis séparée. J'ai un nouveau directeur de cabinet, il organise le cabinet, c'est de sa responsabilité. Je ne vois pas où est le drame..."
"Il vaut mieux que ça change au début et que ça s'adapte. Qu'est-ce que vous vouliez que je fasse? Que je m'accommode et que je dise: ne faisons pas de vagues..."
La pseudo-franchise ou l'art de la communication, un procédé qui a déjà fait ses preuves...
Pour les syndicats, ces départs sont "révélateurs d'un certain malaise" au sein de la Chancellerie et seraient liés notamment à la méthode "assez autoritaire" de la Garde des Sceaux.
Trois jours après, on apprend que la Garde des sceaux se voit confrontée à un autre problème, un de ses frères doit comparaître devant la cour d'appel de Nancy dans une affaire de trafic de drogue.
Jamal Dati, avait déjà été condamné, il y a six ans à trois ans de prison dont 18 mois ferme pour un même délit. Il est toutefois étrange, qu'une telle information soit restée secrète pendant la campagne présidentielle. On se souvient notamment que Mme Royal n'avait pas été épargnée en ce qui concerne le passé de son frère.
La chancellerie réagit vite et bien :
"Ce ne sont pas des faits récents et ce dossier ne fait pas partie des dossiers particulièrement suivis par le ministère".
Rachida Dati  n'aurait plus de contact avec son frère qui est "un justiciable comme un autre".
"La ministre ne connaît pas le contenu de l'affaire et n'en a eu connaissance ni en première instance, ni en appel".

On apprend très vite ensuite, que Mme Dati a un autre frère, Omar Dati qui est aussi placé sous contrôle judiciaire depuis juin 2005. il avait été interpellé dans le cadre d'une enquête portant sur un trafic de cannabis dans la région chalonnaise.
Les faits dont il est soupçonné remontent aux années 2004 et 2005 et portent sur un trafic de drogue de "moyenne importance", évalué à plusieurs "centaines de grammes" de résine de cannabis.
Heureusement pour la ministre, le président de la république est à cent pour cent derrière elle, pourvu quand même que les histoires de ce genre cessent de se multiplier, ou il faudra qu'elle trouve un autre job, et quand on sait que c'est elle le soutien de famille...
J'avoue être un peu dure là, mais bon les médias nous avaient promis une héroïne alors qu'en vérité, elle est une politicienne comme les autres, des casseroles aux fesses...
Pour M. Sarkozy de toute façon ce qui compte, c'est qu'elle soit d'origine maghrébine et qu'elle ne soit pas Azouz Begag.

2164843060-nicolas-sarkozy-affiche-de-nouveau-son-soutien-a-rachida-dati-s.jpg "Rachida Dati a une obligation de réussite, parce que sa présence est un message adressé à tous les enfants de France. Par son mérite, par son effort, par son engagement, ça devient possible".

"Il faut qu'elle réussisse, car c'est un message à la France diverse, à la France multiple: le signe que chacun à sa chance"


Merci,
La chroniqueuse

Partager cet article

Repost 0
Published by La chroniqueuse - dans Mes chroniques
commenter cet article

commentaires

mourad 20/06/2008 18:55

pétition pour la déstitution de sarkozy, j'ai signé et je vous invite a signer et à diffuser largement, pétition à signer sur http://www.antisarkozysme.com

SB 30/08/2007 23:09

Une prime pour ceux qui ont déjà contracté un prêt immobilier qui devient feu souvenir...Un Sarkozy qui se prend pour the truman show !...une Segolene qui se la joue desesperate housewives ! Une droite qui a faim ! une gauche qui a soif ! Pour la rentrée, Suspens, coup de theatre, clash, rupture, show etc ! C'est vraiment la meilleur serie à suivre....après 24 !

lecridupeuple 30/07/2007 13:30

Bonjour C'est étrange cette impression que l'on ressent de mimétisme entre Rachida Dati et son mentor de Président quand on la voit à la télé : même déclarations péremptoires, utilisation du mensonge avec un applomb à faire palir Bernard Tapie et parfois dédain à l'égard des contradicteurs. Quant à l'intervention haute en toc des Sarkozy (mari et femme) dans la libération des infirmières bulgares elle s'est résumée à pousser les autorités européennes qui avaient géré le dossier depuis plusieurs mois pour "se mettre sur la photo". Tenir et Résister

JA 24/07/2007 17:51

Allez un petit article pour vous féliciter de la libération des infirmières bulgares. A moins que reconnaitre le moindre mérité à Nicolas sarkozy vous est impossible...

La chroniqueuse 25/07/2007 11:16

Impossible non, j'avoue que j'attendais la libération d'Ingrid Bétancourt pour m'incliner...

marsiho 16/07/2007 09:36

Fallait-il attendre autre chose ? Bien sûr que non. Sarkozy prend des gens à son image, c'est à dire pouvant trahir sans vergogne, ou bien alors des stakanovistes de la réussite (difficile de lier en lui une énorme capacité de travail).Rachida Dati a un pied dans les deux profils. Certes, elle a bossé dur pour arriver là, mais à quel prix ? En reniant une partie de sa famille et forcément en jettant tout ce qui ne l'aider pas à arriver au sommet. Et bien sûr, elle est également un outil de comunication (mais le PS a fait les mêmes expériences avec Malek Bouthi ou Safia Otokoré). Qu'elle soit autoritaire n'a rien de surprenant, et son dir cab l'était forcément aussi. A ce niveau, c'est incontournable. Mais je pense que dans ce milieu d'hommes de pouvoir, certains digérent peut-être mal de voir une femme être à leur niveau et les dominer...Quant à ses frères, elle n'en est pas responsable, et je comprends qu'elle fuie cette partie de sa famille. Le bon point, c'est que l'affaire n'a pas été étouffée...Bref, Rachida Dati n'est pas une oie blanche ni un monstre, simplement un clone de Sarko... et une femme...